UA-84282664-1
Le Blog du Bac Français
jeudi 13 décembre 2018

L’Albatros

Tout le monde connait ou a entendu parler de ce poème des Fleurs du Mal. Cela vient sûrement de sa lisibilité et de la facilité avec laquelle on peut le comprendre. Sa signification est en effet assez transparente et n’offre pas au lecteur de défi interprétatif trop compliqué à relever : Le poète, comme l’albatros, est un être qui plane lorsqu’il est dans les airs, mais qui souffre au niveau du sol.

Cependant, si ce poème est aussi célèbre et s’il continue d’exercer sa magie bien qu’il n’y ait « rien à comprendre », c’est que Baudelaire y a mis tout son art et a réussi plus que jamais à élever cette figure de la royauté déchue au rang de symbole.

 

 

Si vous ne vous êtes pas déjà procuré l’ouvrage en oeuvre intégrale : Les Fleurs du Mal

Le récit de Théramène

Bonjour à tous,

Phèdre, l’héroïne tragique de Racine est célèbre pour sa passion incestueuse envers Hippolyte, fils de Thésée son époux. Malgré la violence et l’érotisme débridé qui inondent littéralement toute la pièce, Racine réussit le tour de force de maintenir l’ensemble de l’action dans le cadre de la bienséance, conformément aux exigences du théâtre de l’époque.

Le « récit de Théramène », à la fin de la pièce, récit de la mort d’Hippolyte, à laquelle le spectateur n’aura pas assisté sur scène, est un bon exemple de la manière avec laquelle le dramaturge accompli qu’est Racine à ce moment parvient à tirer parti des contraintes imposées. Il peut être inconvenant de faire couler le sang sur scène pour le public raffiné de l’époque, eh bien qu’à cela ne tienne : il aura, ce public délicat, de la mort du héros un récit qui sera, du fait de la magie évocatoire du verbe, bien plus cruel à entendre et bien plus pathétique que le réalisme à quoi l’on craint de faire face.

Bon visionnage.

 

 

Conte

Dans les Illuminations de Rimbaud, nombreux sont les poèmes qui portent en eux l’espoir d’une rencontre avec l’infini, l’espoir de voir se concrétiser les rêves du « voyant », l’espoir d’accéder à un niveau de réalité plus élevé, et d’amener « notre très pur amour », en lieu et place des « honnêtetés tyranniques » que nous ne connaissons que trop.

Nombreux aussi sont les poèmes qui, après avoir donné voix à ce fol espoir, constatent amèrement son absence d’accomplissement, et l’échec de la saisie de ce qui était visé.

Ainsi en va-t-il du poème dont nous donnons lecture dans cette vidéo :

« Conte », en situant les événements dans un Orient hérité des Mille et une nuits, permet à Rimbaud de mettre en scène un personnage qui le représente et dont il jauge les élans vers l’absolu. Fable de l’échec, « Conte » est un écrit qui préfigure l’abandon de l’écriture, cet étrange silence dont Rimbaud n’est jamais sorti.

 

Matinée d’ivresse

Une matinée d’ivresse !

Quelle belle idée ! Mais qu’est-ce donc qui va bien pouvoir nous rendre ivres à une heure si matinale ? Les restes des songes de la nuit que l’on mêlera aux lueurs venues de l’aube ? La pureté de la première lumière jetée sur le monde ? La fraîcheur de l’air et des dalles sous nos pieds ? Le silence et les mille bruits des choses endormies ? Le sentiment d’exister pleinement, et d’en déborder ?

Les poètes en général, et Rimbaud tout particulièrement sont des experts en ivresse. Ils savent transformer le banal, l’inaperçu, l’indifférent en une fête, donnée en la demeure des dieux.

Il est bien évident que tout ne sort pas complètement armé de leur imagination, et Rimbaud aura bien sûr trouvé le modèle de son poème dans les récits alors en vogue qu’étaient les Séances de Haschisch. Mais ce qui est frappant dans son cas est que le « poison » ne passera pas, et que nous ne serons pas « rendus à l’ancienne inharmonie ». Il y a dans l’ivresse une promesse quasi-religieuse en laquelle Rimbaud met toute sa foi.

Fumisterie toxicomane ou saisie véritable de l’Etre ? Doit-on suivre le guide, ou le laisser tituber puis tomber ?

René Char, autre poète, et grand admirateur du premier a sa réponse :

« Tu as bien fait de partir, Arthur Rimbaud ! Nous sommes quelques-uns à croire sans preuve le bonheur possible avec toi. »

Bon visionnage :

 

 

Pour ceux d’entre vous qui sont intéressés par le thème de l’ivresse en poésie, je vous renvoie à l’article rempli de conseils de lecture que j’avais écrit auparavant : L’ivresse en poésie.

 

Etre candidat libre au Bac de Français

Je m’adresse aujourd’hui spécialement à ceux qui préparent seuls les épreuves de Français, car je sais bien qu’être candidat libre n’est pas chose facile, loin de là.

Pour tous les autres, cette publication d’aujourd’hui ne vous concerne pas, vous pouvez la passer et attendre la suivante (je publie deux fois par semaine). Et à moins que vous n’ayez un candidat libre dans vos connaissances, auquel cas je vous invite à lui transmettre ce qui suit, vous pouvez passer votre chemin tranquillement et attendre le prochain post.

Ceux qui ont un prof et vont en classe peuvent, dans la majorité des cas, se reposer sur une progression qu’on a choisie pour eux et sur une préparation qui a déjà fait ses preuves. Pour les candidats libres en revanche et malgré une motivation qui est souvent très forte au début, un sentiment de flottement et la sensation de l’isolement peuvent vite aboutir à l’impression d’être perdu, de ne pas y arriver, de tourner en rond, pour finalement déboucher sur le doute et l’angoisse de ne pas savoir quoi faire pour se préparer efficacement.

Si je résume et si je caricature un peu, ceux qui vont en classe n’ont qu’à faire ce que demande le prof (95% des profs sont très compétents) alors que les candidats libres doivent être en même temps élèves et inventeurs de leur programme, c’est-à-dire être leur propre professeur.

Il y a certes autant de cas particuliers que d’individus : étudiants déscolarisés, enseignement à la maison ou enseignement alternatif, reprise d’étude après plusieurs années d’interruption… mais deux choses viennent en général augmenter le niveau de difficulté pour les candidats libres : l’isolement et l’incertitude.

La motivation toutefois est souvent au rendez-vous. Entreprendre une telle démarche personnelle nécessite un niveau élevé d’engagement et une volonté ferme. Le candidat libre démarre donc souvent l’année avec une forte résolution et l’envie bien arrêtée de se donner les moyens de réussir. Mais passent les semaines et passent les mois, et il peut se produire, du fait de l’isolement, que les résolutions s’émoussent insensiblement et laissent place au doute, à l’incertitude, voire au découragement.

Nous n’en sommes qu’au début de l’année en cette fin du mois de septembre, et sans doute n’en êtes vous pas encore rendu à ce point, fort heureusement. Mais une année scolaire est une course de fond et il faut envisager votre effort sur la durée. Votre travail sera d’autant plus efficace qu’il aura été régulier et continu. Pour arriver à ce résultat, quoi de mieux que d’avoir une boussole, un guide qui vous dise à tout moment, y compris quand vous commencez à perdre votre Nord dans quelle direction avancer. Quoi de mieux que de bénéficier d’un coup de pousse salvateur, non pas quand tout va bien, mais au moment précis où c’est nécessaire, quand la motivation flanche et que vous affrontez le péril du découragement.

Le Blog du Bac Français étant dédié à tous les étudiants qui préparent le Bac Français, il est bien naturel que je m’adresse ici à cette catégorie spécifique que sont les candidats libres. Je vous propose en effet, de façon gratuite, une aide personnalisée et un plan de travail adapté à votre situation. Mais il faut pour cela que j’en sache un peu plus sur vous et sur vos besoins particuliers. C’est pourquoi je vous demande de prendre le temps, 5 ou 10 minutes pas plus, pour m’aider à cerner ce qu’il vous faut, ce qui réellement ferait la différence dans votre préparation.

Si vous aviez 3 choses à me demander, quelles seraient-elles ?

Voici quelques unes des questions auxquelles j’ai pensé, mais n’hésitez pas à déborder de ce cadre et à me parler de ce qui vraiment, vous serait utile à vous. Plus vous m’en direz sur vos problèmes personnels, plus je serai à même de vous aider.

  • Vous voulez vous inscrire aux épreuves sans savoir par quel bout il faut commencer ?
  • Vous vous demandez s’il faut suivre les cours du CNED ?
  • Vous avez besoin d’un accompagnement personnalisé ?
  • Vous voulez qu’un prof corrige vos devoirs ?
  • Vous devez établir vous-même une liste d’oral et vous ne savez pas comment faire ?
  • Vous avez des problèmes de temps ou d’organisation de votre travail ?
  • Vous avez des problèmes de méthode ?
  • Vous n’avez jamais été bon en Français ?
  • Des difficultés à maintenir votre motivation ?
  • Souffrez-vous d’un manque de confiance en vous ?

Pour me répondre, utilisez ce formulaire de contact. J’essaierai de dialoguer avec chacun de vous personnellement et de vous donner les conseils les plus pertinents par rapport à la situation dans laquelle vous vous trouvez.

A très vite !

%d blogueurs aiment cette page :