UA-84282664-1
Le Blog du Bac Français
mardi 18 septembre 2018

Madame Bovary, le bal de La Vaubyessard

Emma est cette héroïne romanesque, perdue dès son jeune âge par des lectures qui ont corrompu son jugement et ses désirs. Etrange époque, n’est-ce pas, celle où l’on interdisait à la jeunesse de lire, de peur que des idées non conventionnelles ne lui viennent à l’esprit. Il semble que le balancier aujourd’hui en soit venu à la position opposée, où l’on entend bien mieux le désespoir de parents qui n’arrivent pas à donner à leurs enfants le goût de la lecture. Encore faudrait-il qu’ils s’y prennent de la bonne manière…

Mais nous nous écartons du sujet et revenons à notre bal, où notre chère Emma, pour la première et la seule fois de sa vie, va avoir l’impression de vivre ses rêves, de tutoyer le bonheur et d’accéder à ce monde tant désiré des passions élevées qui sont dépeintes dans les romans qu’elle lit. Qu’elle en profite bien la pauvre ! car le narrateur, avec l’ironie permanente dont il fait preuve, ne manquera pas d’insister ensuite sur la platitude et le morne ennui du quotidien dans lequel notre héroïne est promise à retourner vivre.

 

 

Pour vous procurer le roman : Madame Bovary

Saviez-vous que Madame Bovary c’est aussi :

Un film de Claude Chabrol avec Isabelle Huppert

Un film, plus ancien et bien meilleur à mon sens de Vicente Minnelli

Et même une bande dessinée : Gemma Bovery

Madame Bovary

Lorsque Flaubert publie Madame Bovary en 1857, le roman fait scandale. Pour un lecteur contemporain, il est un peu difficile de se figurer la nature de ce scandale et de le comprendre. Rien, en effet, ne semble plus à nos yeux « offenser la morale publique » et encore moins « la morale religieuse », dans le roman de Flaubert. S’il y a bien une chose, en revanche, que le lecteur contemporain remarque à propos de Madame Bovary, c’est l’aridité du style, alliée à l’apparente vacuité du sujet.

Or, un examen attentif de ce sujet romanesque, la vie ordinaire et sans lustre d’une femme de province, ainsi qu’une remise en contexte du roman nous renseignent sur ce qui fait l’originalité profonde de l’écriture de Flaubert. Comprendre les intentions de l’auteur rend en effet la lecture de ce roman moins difficile et moins abstraite. Restituée dans ce qu’elle a de profondément originale, l’oeuvre nous apparaît du même coup beaucoup plus moderne et plus proche de notre époque.

 

 

Pour vous procurer le roman : Madame Bovary

Saviez-vous que Madame Bovary c’est aussi :

Un film de Claude Chabrol avec Isabelle Huppert

Un film, plus ancien et bien meilleur à mon sens de Vicente Minnelli

Et même une bande dessinée : Gemma Bovery

 

Flaubert, Madame Bovary, les lendemains de mariage

Madame Bovary, c’est moi ! disait Flaubert…

Même si l’authenticité de cette citation est sujette à caution, elle donne à comprendre comment le romancier s’est investi tout entier dans le sujet de son oeuvre :

Emma, une jeune bourgeoise de province, est une femme qui s’ennuie et qui vit une vie morne et plate. Dans son quotidien, aucune perspective ne s’offre à elle pour lui faire goûter la vie brillante qu’elle a vu se dérouler dans ses lectures. Elle s’est en effet véritablement intoxiquée l’âme en avalant quantité de romans à l’eau de rose qui lui ont donné une image de l’amour idéalisée et mièvre.

Mariée à Charles, un homme bon mais grand nigaud, elle désespère de jamais pouvoir rejoindre ce monde brillant et désiré des clichés amoureux. Elle s’enfonce peu à peu dans le désespoir…

Le passage que nous analysons ici se situe juste après son mariage, quand l’euphorie des noces retombée, elle se rend compte du vide de son existence.

Tragique histoire, qui se finira mal !

Comme d’habitude, n’hésitez pas à me faire part de vos remarques et à partager si vous avez aimé.

Pour vous procurer le roman : Madame Bovary

Saviez-vous que Madame Bovary c’est aussi :

Un film de Claude Chabrol avec Isabelle Huppert

Un film, plus ancien et bien meilleur à mon sens de Vicente Minnelli

Et même une bande dessinée : Gemma Bovery

%d blogueurs aiment cette page :