UA-84282664-1
Le Blog du Bac Français
mercredi 19 décembre 2018

Madame Bovary (1857) Le bal de la Vaubyessard

Emma est cette héroïne romanesque, perdue dès son jeune âge par des lectures qui ont corrompu son jugement et ses désirs. Etrange époque, n’est-ce pas, celle où l’on interdisait à la jeunesse de lire, de peur que des idées non conventionnelles ne lui viennent à l’esprit. Il semble que le balancier aujourd’hui en soit venu à la position opposée, où l’on entend bien mieux le désespoir de parents qui n’arrivent pas à donner à leurs enfants le goût de la lecture. Encore faudrait-il qu’ils s’y prennent de la bonne manière…

Mais nous nous écartons du sujet et revenons à notre bal, où notre chère Emma, pour la première et la seule fois de sa vie, va avoir l’impression de vivre ses rêves, de tutoyer le bonheur et d’accéder à ce monde tant désiré des passions élevées qui sont dépeintes dans les romans qu’elle lit. Qu’elle en profite bien la pauvre ! car le narrateur, avec l’ironie permanente dont il fait preuve, ne manquera pas d’insister ensuite sur la platitude et le morne ennui du quotidien dans lequel notre héroïne est promise à retourner vivre.

La vidéo

Téléchargez gratuitement le texte de l’extrait ainsi que son commentaire : Le texte et l’audio

Pour vous procurer le roman : Madame Bovary

Saviez-vous que Madame Bovary c’est aussi un film de Claude Chabrol avec Isabelle Huppert. S’il peut être intéressant de voir comment le réalisateur a mis le texte en image, il faut bien dire que cette adaptation n’est pas très brillante. Il y en a un autre de film, bien plus ancien et bien meilleur à mon sens de Vicente Minnelli. Le cinéma italien des années 50 a produit peu de déchets.

Enfin il y a même une bande dessinée : Gemma Bovery, de la britannique Posy Simmonds, qui a bénéficié d’une mise à l’écran érudite et drôle : Gemma Bovery, d’Anne Fontaine avec Fabrice Luchini. A regarder après avoir lu le roman de Flaubert pour bien goûter toutes les allusions.

%d blogueurs aiment cette page :