UA-84282664-1
Le Blog du Bac Français
lundi 15 octobre 2018

L’Illusion Comique (1636), acte V, scène 5, le dénouement

Pridamant est un père, et comme tous les pères, il veut le bien de ses enfants. Il a cependant tendance à être autoritaire et à brimer les désirs d’émancipation de son fils Clindor. Celui-ci a pris la clé des champs et s’est soustrait à l’autorité paternelle devenue pour lui un fardeau. Il s’est fait saltimbanque et s’est enrôlé dans une troupe de comédiens itinérants.

Voilà maintenant 10 ans que Pridamant pleure la disparition de son fils, 10 ans qu’il regrette amèrement d’avoir été trop dur et d’avoir provoqué la fuite de cet enfant chéri. Il l’a cherché partout bien sûr, mais sans succès. Alors, à bout de désespoir, on lui parle d’un mage, un certain Alcandre et de son procédé ingénieux de projection sur une toile du reflet de l’image de son fils. Et il peut le voir enfin, cet enfant qui lui manque tant ! Mais que voit-il au juste ? C’est tout le théâtre !

La vidéo

Téléchargez gratuitement le texte de l’extrait ainsi que son commentaire : Le texte et l’audio

L’oeuvre intégrale : L’Illusion Comique

L’adaptation pour le cinéma de Mathieu Amalric : L’Illusion Comique

 

%d blogueurs aiment cette page :