UA-84282664-1
Le Blog du Bac Français
mercredi 19 décembre 2018

Dom Juan (1665), acte I, scène 2, la tirade de l’inconstance

Dans cette pièce baroque, qui ne respecte aucune des règles du classicisme, l’action peine à avancer dans une direction bien définie. Le caractère même de Dom Juan, sa passion prédominante, d’enchaîner les conquêtes amoureuses, le pousse à d’éternels recommencements. Sitôt qu’une femme est conquise, il faut l’abandonner à son sort pour se consacrer à d’autres inclinations naissantes, et faire éternellement tourner la roue de sa bonne fortune.

Aussi ne doit-on chercher dans l’intrigue de cette pièce aucun suspense. L’enjeu n’est pas tant l’action, « ce qui va arriver », puisque le futur de Dom Juan semble devoir pour toujours se modeler à la semblance de ce qui a déjà eu lieu, que les discours. C’est une pièce en effet où l’on ne fait que parler. Dom Juan, Done Elvire, Sganarelle, Dom Luis, tous y vont de leur tirade pour tenter d’expliquer aux autres que leur façon de voir les choses est la bonne. Molière se délecte à ces joutes verbales, à ces échanges « à fleurets mouchetés » qui allient l’élégance et l’audace, et font servir toutes les ressources d’une rhétorique théâtralisée.

Voyons donc le libertin à l’oeuvre, et avec quel brio oratoire devant un Sganarelle pantois, il encense l’immoralité.

La vidéo

Téléchargez gratuitement le texte de l’extrait ainsi que le plan du commentaire : Le texte et l’audio

Bonus : Le commentaire rédigé complet : ICI

Pour lire la pièce de Molière : Dom Juan

 

%d blogueurs aiment cette page :