UA-84282664-1
Le Blog du Bac Français
lundi 24 septembre 2018

J’ai embrassé l’aube d’été.

C’est par cette formule liminaire que Rimbaud inaugure ce poème fort connu des Illuminations, poème assez lisible et transparent comparativement à certains autres, nettement plus hermétiques.

Le poète retrace ici la progression du jour, concomitante de la mise en mouvement de la nature, soumise à la magie du promeneur-enfant.

 

Arthur Rimbaud, Les Illuminations

Bonjour à tous,

Voici la première d’une série de lectures analytiques que nous allons faire sur l’oeuvre de Rimbaud Illuminations (1875)

Le poème que j’analyse dans cette vidéo est intitulé « Vagabonds » et possède une importante tonalité autobiographique. Il fait en effet écho à la vie dissolue de Rimbaud et de Verlaine alors qu’ils étaient à Londres en 1873.

Au-delà de cet aspect, c’est une première façon de nous familiariser avec l’esthétique des Illuminations, oeuvre difficile, hermétique, mais très riche.

Bon visionnage.

 

La descente aux Enfers

Bonjour,

Aujourd’hui une vidéo spécifique pour les 1ères L, dans l’objet d’étude « Les Réécritures ».

Je vous explique comment un thème littéraire peut-être écrit et réécrit à travers les âges et quelles modifications il peut subir en prenant l’exemple de « La Descente aux Enfers », de Homère à Emile Zola.

Bon visionnage :

Les Réécritures, introduction

Bonjour à tous,

Aujourd’hui, une publication qui intéressera plus particulièrement ceux qui sont en 1ère L, et qui ont à étudier l’objet d’étude spécifique à cette série : « Les Réécritures ».

Je vous propose une petite introduction générale sur le concept en lui-même, et je vous donne ensuite une brève typologie de la réécriture.

Bon visionnage, et n’hésitez pas à partager.

 

Bel-Ami de Maupassant

Bonjour à tous,

Comment écrire sur le réel ? Comment rendre compte par l’écriture de ce qui est ? Oui, le réel, la réalité, le tangible ! ce que l’on a sous les doigts enfin ! ce que l’on peut palper ! En apparence, rien de plus simple que de dire ce qui est là. Mais en réalité, rien de plus difficile, et le héros de Bel-Ami, Georges Duroy en fait l’expérience à ses frais.

Il va chercher des conseils chez une certaine Madeleine Forestier, qui lui dévoile le secret de l’écriture journalistique et de l’écriture réaliste. Secret bien paradoxal à la vérité, en ce qu’il utilise abondamment les procédés de l’illusion et de la tromperie. En cela, le passage que nous étudions est à l’image du roman dans son ensemble : dévoilement des apparences trompeuses, des combines orchestrées de la politique, du journalisme et de la banque, passage de l’autre côté du rideau. Bel-Ami, écrit en 1885, n’a pas pris une seule ride.

Comme de coutume, faites connaître cette vidéo si vous avez aimé.

A bientôt.

%d blogueurs aiment cette page :